Le management optique est devenu ces dernières années un élément central des recherches sur la conversion photovoltaïque.

En effet  le couplage optique permet d’augmenter de façon importante le rendement des cellules. Il permet également d’utiliser des couches absorbantes de plus en plus fine, comme le montre de façon spectaculaire les avancées sur les cellules au silicium microcristallin, où le confinement optique permet d’atténuer la faiblesse des mécanismes d’absorption des photons (gap indirect) et d’utiliser des couches de quelques microns seulement. On utilise également de plus en plus les possibilités offertes par la photonique et la plasmonique, pour augementer localement la concentration lumineuse dans les zones de conversion les plus efficaces. La nanostructuration des dispositifs est aussi en plein développement.